LA FOIRE AUX QUESTIONS

1. Qu'est ce que Biocoop ?

Des valeurs, des missions et des choix inscrits dans une charte

 

Biocoop est avant tout un réseau d’acteurs indépendants, militants, engagés. Pour affirmer leurs principes fondateurs, les magasins Biocoop ont établi une charte sur laquelle repose l’ensemble de leurs activités.

Esprit de coopération et développement d’une agriculture biologique durable, transparence et équité des relations commerciales, qualité des produits et participation des consom’acteurs sont les piliers d’un texte fédérateur pour les acteurs du réseau.

Un cahier des charges composé de trois conventions – distribution, gestion, sociale – traduit cette charte en engagements pris et appliqués par les magasins.

 

Biocoop, plus de 30 ans d’engagement

 

A la fin des années 70, des consommateurs et des producteurs, animés par une même volonté de soutenir une agriculture biologique pour développer une consommation bio de qualité, se réunissent en coopératives de consommateurs : les coops.

Dans un contexte agricole biologique désorganisé et face à une multiplicité de cahiers des charges bio aux exigences disparates, les coops décident alors de se structurer en 2 groupements régionaux de coopératives de consommateurs : l’objectif était de créer un nouveau projet qui bénéficie à chacun, producteurs et consommateurs.

Ainsi, sont crées le groupement régional Intercoop (1983 – Ouest) et Biopaïs (1984 – Sud Est).

Toujours dans ce souci de structuration, les coops organisent leur première rencontre nationale en 1986. C’est à cette occasion que sera établie une charte fondatrice de l’association loi 1901.

BIOCOOP, qui deviendra le premier distributeur bio en France, est créée.

Dates clés

Dans les années 1970, des consommateurs engagés s’associent pour s’approvisionner en produits biologiques. Issues de ces groupements d’achats, des entreprises commerciales coopératives se créent dans les années 1980.

  • 1986 : Les entreprises signataires de la charte créent l’association loi 1901 Biocoop qui compte déjà 40 magasins.
  • 1992 : 100 magasins Biocoop
  • 1993 : Le Cahier des Charges Biocoop réunit sociétés coopératives et non coopératives. Il définit des règles collectives qui portent sur le choix des produits, sur la gestion des entreprises et sur leur dimension sociale.
  • 1997 : 200 magasins Biocoop
  • 2000 : Mise en place de partenariats au travers d’une convention avec la FNAB. Biocoop initie une démarche de construction de filières.
  • 2002 : Par l’adoption de nouveaux statuts, les adhérents se font sociétaires et renouvellent leur engagement dans un projet commun ; Biocoop devient Société Anonyme Coopérative.
  • 2004 : Claude Gruffat  est nommé Président Directeur général de Biocoop SA Coop
  • 2005 : Biocoop réalise la fusion absorption de ses plates-formes logistiques et bénéficie ainsi d’un outil économique performant fondé sur un catalogue commun et sur l’amélioration des prestations aux magasins.
  • 2006 : Biocoop fête vingt ans de développement de l’agriculture biologique dans un esprit d’équité et de coopération.
  • 2007 : Biocoop inaugure une plate-forme logistique en région parisienne.
  • 2010 : Biocoop quitte son entrepôt de Cavaillon et s’installe à Sorgues pour répondre à ses besoins d’expansion.
  • 2011 : Gilles Piquet-Pellorce prend la direction générale de Biocoop SA Coop aux côtés de Claude Gruffat qui en assure la présidence.
  • 2014 : La part des ventes de produit bio issus du commerce équitable représente près d’un quart des ventes soit 24 %
  • 2016 : Biocoop a 30 ans et plus de 400 magasins.
  • 2017 : Orion Porta devient Directeur général de Général de Biocoop
2. En quoi la coopérative Biocoop est-elle différente d'une franchise ?

L’indépendance et un processus démocratique

 

« En tant que coopérative, Biocoop appartient à la grande famille de l’économie sociale et solidaire. Ses acteurs (431 magasins sont répartis sur toute la France en janvier 2017) privilégient l’intérêt général et l’équité plutôt que la recherche du profit. Ils explorent toutes les facettes du développement de l’agriculture biologique – par exemple, les produits en vrac, la valorisation des déchets, l’éducation au goût … – tout en créant des emplois au plus près des territoires. Pour nous, le commerce est un moyen et non une fin en soi. »

Jérôme BLACHERT – Responsable de développement du service magasin https://www.youtube.com/watch?v=gWSOVRX6TAQ

3. Pourquoi avoir choisi le nom coquelicot ?

Une beauté éphémère bourrée de ressources

 

Son nom sonne comme un cocorico, son apparition aux abords des routes et au milieu des champs de blé dorés annonce les beaux jours du printemps. Astucieuse, la plante messicole s’immisce dans les champs de blé pour se faire récolter avec lui à la saison des moisson afin d’être ensuite resemée l’année suivante. Modeste, elle n’a pas besoin de grand chose pour s’épanouir, une terre meuble, de l’eau et du soleil suffise pour lui faire montrer sa belle couleur écarlate. Fragile, elle fane très vite si on la cueille. A l’image de la nature, elle préfère être admirée que manipulée.

En latin Papaver Rhoeas de la famille des papavéracées, originaire de la Méditerranée orientale. On l’appelle aussi parfois pavot des champs, pavot rouge, coq, mahon ou ponceau. Le coquelicot est connu pour ses effets apaisants. Il existe d’ailleurs des bonbons et même du sirop au coquelicot. On peut aussi en faire de la gelée, de la confiture, du sorbet, du yaourt, ainsi que de la tisane, du pain avec ses graines, de la vinaigrette, du vin ou de la liqueur et bien d’autres choses encore…

Le coquelicot ayant de nombreuses vertus, entre autres émollientes, son usage rentre également dans la catégorie des cosmétiques. Sa teneur en rhoeadine offre un sommeil serein. Il était très utilisé jadis pour procurer aux enfants et aux adultes un sommeil réparateur. Il soigne avec cela la nervosité, l’hyperémotivité, les affections de la gorge et de l’appareil respiratoire.

 

Un symbolisme fort et un peu de poésie

 

Dans le langage des fleurs le coquelicot symbolise « l’ardeur fragile » et signifie « Aimons-nous au plus tôt ». Son nom nous viendrait de l’ancien français, « coquerico » qui désignait le coq par son cri. On a ensuite fait le parallèle entre la crête du coq et l’aspect rouge et légèrement tombant de cette fleur.

On la qualifie de mauvaise herbe et les herbicides exterminent les coquelicots ainsi que les autres fleurs messicoles de nos champs. La disparition des coquelicots des champs de blé s’est d’ailleurs accompagnée aussi de celle des autres adventices : par exemple la magnifique nielle des blés est considérée comme pratiquement disparue. Un peu de poésie pour terminer et une vieille légende rurale qui prétend que les couleurs de notre drapeau national ne traduisent pas les couleurs historiques de la Révolution (le bleu et le rouge) encadrant celle du roi (le blanc), mais plutôt celles des fleurs des champs : le bleu du bleuet, le blanc de la matricaire et le rouge du coquelicot !

 

4. Quelle est la date d'ouverture du magasin ?
Nous sommes aussi impatient que vous de pouvoir ouvrir le magasin et de tous vous rencontrer. Nous souhaitons ouvrir dans les meilleurs conditions afin d’offrir un service de qualité aux consom’acteurs. Nous communiquerons sur la date d’ouverture dès qu’elle sera fixée. Afin de ne manquer aucune nouvelle information suivez-nous sur Facebook ou revenez régulièrement sur notre site coquelicot.bio.
Envoyer nous vos questions à contact@coquelicot.bio